La cérémonie à l'église saint sulpice de Fougères

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La cérémonie à l'église saint sulpice de Fougères

Message  Douchka le Dim 28 Oct - 9:04

{{{{{{{{{{{{BONGGG}}}}}}}}}}}}

Et voilà, le bourdon aller sonner et sonner encore jusqu'à ce que la population soit présente. Là Aux noces de Douchka et de son prétendant.

Alors entrerons les curieux , les fidèles, les amis, les invités la noblesse peut être, puis les clercs, puis l'officiant et enfin les mariés, enfin futurs mariés.

Le fidèle secrétaire gagna les stalles et attendit.

( La suite est ici pour les non présents à fougères http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=83845766#83845766)
avatar
Douchka
Admin

Messages : 1327
Date d'inscription : 31/05/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://domaineduboutdumonde.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cérémonie à l'église saint sulpice de Fougères

Message  Douchka le Mer 31 Oct - 22:34

Papincourt a écrit:Papin était en froid avec son amie, mais il se disait que cela ne devait pas justifier de ne pas être là pour ce jour important, même, si pour sa part il ne comprenais pas cette union, il ne fera pas de foin en ce lieu saint, Il voulais juste être là pour assister à cet événement des plus rares en ses jours ci. Il sortait quand même avec sa plus belle tenu....




Il est contant d'être le premier.... mais il essaye de se faire discret prés d'un coin sombre d'une colonnade. Ou certainement son Amoure la rejoindrait










.

Xhena a écrit:Xhena entendit les cloches de l'église elle avait revêtu une jolie robe pour le mariage de son amie









Une cérémonie qu'elle ne voulait pas manquée juste pour lui montrée son amitié
Se faisant discrète en entrant elle se signa et rejoint son amour près de la colonnade lui sourit en lui prenant la main

Rhiana a écrit:Rhiana arriva à l'église on lui avait dit que son Eminence allait célébré un mariage, qu'avait-il de plus beau qu'un mariage, connaissant la filleule de la mariée et même la mariée pour l'avoir rencontrer une ou deux fois, elle décida de participé à la cérémonie, elle descendit la rue accompagnée de soriane son aide de camp et tenant dans ses bras son fils age à peine de deux mois

Elle salua Don courtin et alla prendre place



Verhena a écrit:C’était vêtue de rouge que la jeune Montfort arriva au mariage de sa marraine.



C’était une immense joie pour elle; sa marraine se mariait, elle serait son témoin, qui avait il de plus beau que le jour de son mariage ?

Après des semaines voir des mois de fiançailles, se donner l’un à l’autre, se dire oui pour la vie, était certainement le plus merveilleux moment que l’on pouvait imaginer.

Elle monta les marches de l’église, entra, se signa et avec élégance se dirigea vers une des places réservées à la noblesse.

Verhena, salua discrètement les personnes déjà présentes, puis s’installa, attendant patiemment le début de la cérémonie.

--Indri a écrit:Et d'une demoiselle d'honneur ... une ! Alors, pour le demoiselle ... c'était pas gagné. Par contre l'honneur, elle en avait reçu doublement sa part à son avis ... donc, ça compensait. C'est ainsi qu'elle avait accepté la lourde tâche que lui avait confié son amie.

"Juste être là" lui avait-elle dit. Ah ben ça ... oui alors. Parce que pour le reste ... l'église et moi, on est un peu fâché si tu vois ce que je veux dire !

Donc, elle était viendue et avait, pour honorer son amie, revêti sa plus belle robe.

Après avoir remonté l'allée principale, elle ne savait déjà plus que faire ni où aller. Donc elle s'installa au premier banc pour attendre. Elle souhaitait voir son amie heureuse et comblée, c'est pourquoi elle n'avait jamais rien dit.

Elle attendait là ... sagement ... se réjouissant d'écouter la cérémonie officiée, si elle avait bien compris, par le grand Clôde. Qui avait l'art de remettre l'église au milieu du village et de mettre le doigt là où ça fait mal.


Lanaelle a écrit:Lanaelle et Kevin étaient revenus de Vannes à toute vitesse
pour assister au mariage de Douchka. Ils n'auraient manqué
ca pour rien au monde.

Lanaelle avait revêtu une de ses belles robes, une de ces
robes qu'elle mettait rarement pour se rendre au mariage
de celle qui l'avait aidé à mettre au monde sa fille, Yaelle.





Elle entra dans l'église tenant Yaelle dans ses bras et salua d'un
signe de tête les personnes présentes et alla s'asseoir près de Papin
et Xhena.

Coucou vous deux, ouf on est revenu juste à temps pour le mariage.
Vous allez bien?
avatar
Douchka
Admin

Messages : 1327
Date d'inscription : 31/05/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://domaineduboutdumonde.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cérémonie à l'église saint sulpice de Fougères

Message  Douchka le Mer 31 Oct - 22:36

Douchka a écrit:Les cloches avaient résonné.

Douchka arrivait au bras de ....

Au bras de personne, son parrain avait décliné l'invitation et elle n'avait aucune famille.

Elle prit donc l'allée, en avançant lentement, souriant aux quelques amis présents dans la belle robe qu'Imagine avait faite pour elle et s'accrochant à son bouquet pour ne pas flageoller.

Un grand jour, un merveilleux jour, un jour attendu depuis qu'il avait posé genou à terre pour lui faire sa demande.

Le coeur battant la chamade, elle avançait encore jusque devant l'autel puis s'arrêta, respirant fort.

Prête, elle l'était, à unir sa vie à celle de ce blond normand, devenu Fougerais pour elle, au caractère aussi trempé que le sien.



Clodeweck a écrit:Les clercs entrèrent à leur tour, en procession dans l'église.
En grande tenue



En queue du cortège le père Clodeweck...

Les cérémonies en Bretagne se faisaient rares.Il se souvint lorsau'il avait investi Elfyn en tant que duc...Lui n'était encore qu'archevêque....
Aujourd'hui...

Il sourit en pensant que la prochaine fois...Il n'y aurait pas de prochaine fois. La boucle était fermée.
Les Grands Ducs de Bretagne se devaient d'être « à vie » Grand Duc...
Or ils avaient tous, sans exception faillit et abdiqué....Arguant tous que les problèmes de la Bretagne n'étaient pas de leur fait. Deux seulement avaient été jusqu'au bout de leur charge. Pauvre Bretagne. Lorsque tes têtes pensantes ne respectent plus rien, quel respect peux tu gagner ?

Les clercs prirent place dans le chœur...

Le père sortit de ses pensées. La mariée était magnifique.

Il chercha du regard le fiancé....

Lanaelle a écrit:Lanaelle se retourna légérement et vit entrer
la mariée seule sans personne pour l'accompagner
à l'autel.


Douchka était magnifique , sa robe était superbe .

La future mariée avançait lentement vers l'autel
et Lanaelle lui fit un sourire d'encouragement lorsqu'elle
passa près d'elle

Verhena a écrit:Verhena fut estomaquée quand elle vit l’orangée arriver.
Elle se signa vite fait en se disant mais qu’est ce que c’est que ça ?

Quand soudain sa merveilleuse marraine apparut, tel un éblouissement.
Sa robe était magnifique de simplicité, quelle grâce dans sa démarche, dans son allure…
Sa marraine était d’une élégance rare. Elle la gratifia d’un large sourire au passage.

Verty a écrit:La vicomtesse de Bréal Montfort déjà installée dans l’une des stalles vit la mariée traverser la nef.

Mon Dieu qu’elle était belle, presqu’aussi belle qu’elle.
Un léger sourire se dessina sur son visage fatigué.

La robe de Douchka était sublime, il faudrait qu’elle lui demande les coordonnées de son habilleuse.


Le primat fit à son tour son entrée, comme à son habitude d’une élégance parfaite.
C’est avec patience qu’elle attendait à présent l’entrée du futur marié.

avatar
Douchka
Admin

Messages : 1327
Date d'inscription : 31/05/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://domaineduboutdumonde.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cérémonie à l'église saint sulpice de Fougères

Message  Douchka le Mer 31 Oct - 22:39

--Anakin. a écrit:Son pas était pressé, courant même...
Parce qu'il ruminait, fulminait même, mais quand le son de la cloche retenti, il se redressa d'un bond.

Non, il ne voulait pas, il ne voulait plus... défection quoi, quand on aime, on pardonne tout.

C'est donc en courant qu'il arriva à l'église et entra dans un fracas assourdissant. Il s’arrêta net, trouvant Douchka qui commençait doucement à s'avancer dans l'allée centrale.

Il s'approcha d'elle....

Pardon Chipie... Je suis désolé...

Sans en ajouter plus, était-il utile de le faire, il prit son bras et le posa sur le sien.
Il la regarda avec une grande tendresse.

M'accordes-tu cet honneur ?

Son coeur battait fort, redoutant une réaction négative qu'il méritait surement, mais finalement, quoi qu'elle décide, c'était sa chipie...

Douchka a écrit:Les yeux perdus dans ceux de son ami Clode qui semblait chercher Sam avec la même inquiétude qu'elle, elle se retourna au bruit d'entrée fracassante, pensant que Samael s'était retardé à enfiler son beau costume et arrivait à grand pas.

Son coeur se mit à battre un peu plus fort en apercevant Anakin s'approcher d'elle.
Il était finalement venu pour ce jour important.

Ses lèvres s'entrouvrent à peine quand il lui parle à demi ton.


Pardon Chipie... Je suis désolé...

Tu n'es pas le dernier, tu n'as pas à être désolé...

Un demi sourire, un regard appuyé dans les yeux de son ami de toujours, un de ces regards qui remplace les mots, qui efface les maux.

Ils n'avaient pas besoin de se dire beaucoup pour se comprendre, ces deux là et pourtant ils se disaient de tout et bien souvent vertement, sans ambage, parce que la sincérité ne se masque pas, même dans le désaccord.

Elle n'accepterait jamais qu'on se joue de lui et tout avait été dit à les en faire souffrir, jusqu'à ce que le silence s'installe entre eux.

Mais il était venu et son bras auquel elle s'accrochait, renfermait toute la tendresse dont elle avait toujours besoin malgré son caractère bien trempé.


M'accordes-tu cet honneur ?

Ses yeux toujours dans les siens, son bras ne décollant pas du sien, elle murmura:

Tu as d'autres questions bêtes, mon kyky?

Son regard se détournant de son ami, elle devinait son sourire se dessiner.

Oui, elle le connaissait bien.

Sam n'avait plus qu'à arriver maintenant ...

--Anakin. a écrit:Il lui sourit, parce que ouais, quoi qu'il arrive, l'amitié est toujours là.
Ça se commande pas ça, c'est marqué pis voila.

Alors il lui sourit simplement, parce que c'est sa Chipie et qu'il n'y a rien a ajouter.


"Tu as d'autres questions bêtes, mon kyky?"

Euh en fait oui, il en avait une autre mais bon, ce n'était peut être pas le moment même si c'était vachement important d'un coup.
Il regarda autour de lui, y'avait plein de monde.
Il cherchait Sam.... Encore un d'ailleurs... Il était poursuivi par les Sam en ce moment.

Il lui demanderait bien aussi, où qu'il est le Sam, mais c'était peut être une autre question stupide.
Il se penche à son oreille et tant pis pour la question bête.

Dis, il est où, Sam ?
Il profite pour lui glisser une bise sur la joue, parce que ça lui manquait et pis, ça compterait peut être quand même pour les cinquante.

Pis là, il se rend compte qu'il n'a salué personne, mais bon, c'est qu'il avait d'autres choses en tête le Any, là, tout de suite.
il se contente alors de sourire en saluant de la tête

Clodeweck a écrit:Bonjour vieille branche....
Non ça ne ce dit pas en plein office...


Bonjour Anakin

L'inquiétude monte...Monte encore.
Regard interrogateur vers Douchka.
La mariée semble plus triste qu’inquiète
Colère contenue, ne sait-on jamais ? Il pourrait encore venir
Attente.!

--Indri a écrit:La belle ne cherchait pas Sam. Bien qu'elle l'appréciât, elle était sans doute la seule à espérer qu'il ne viendrait pas ! Oui, Douchka en serait malheureuse ... pendant un certain temps.

Mais si jamais il venait ... elle serait malheureuse pour toujours !!! Fallait ouvrir les yeux que diable ... "oups pardon" dit-elle tout bas avant de claper sa main sur sa bouche ... par Aristote !

Ils arrêtent jamais de se pourrir la vie ! Quand c'est pas un qui râle, c'est l'autre ! Alors oui, les réconciliations sur l'oreiller, c'est cool. Mais pas quand ça devient la routine !

C'est ainsi que, mine de rien et innocente, elle faisait des petits coucous à Papy Clodo ... pour passer le temps ... parce que c'était le seul qu'elle "connaissait" bien que connaître fut un grand mot. Et espérait secrètement qu'une choquée oserait lui faire un commentaire !

avatar
Douchka
Admin

Messages : 1327
Date d'inscription : 31/05/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://domaineduboutdumonde.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cérémonie à l'église saint sulpice de Fougères

Message  Douchka le Mer 31 Oct - 22:44

Douchka a écrit:Parceque tenir debout aurait été difficile sans un bras pour la soutenir, parce qu'une bise était la bienvenue pour la réconforter, parce que les yeux de Clode se faisaient interrrogateurs, elle devenait nerveuse ...

De nerveuse, elle passait à angoissée, une fois ravalé la boule dans sa gorge, elle tournait le visage vers ses amis présents avec un sourire presque rassurant.

Il allait arriver ...

Bien sur qu'il allait arriver ...

Elle les regardait en leur expliquant dans son regard, passant de l'un à l'autre, qu'il avait fait sa demande à genoux, qu'il avait voulu ce mariage autant qu'elle, qu'il avait aidé aux préparatifs, qu'il n'avait oublié aucun détail...

Il allait venir, bien sur qu'il allait venir.

Ses yeux passaient de la confiance à l'incertitude, de l'inquiétude, à l'angoisse qui revenait.

Il ne lui ferait pas ça, pas Sam ...

Ses yeux allaient de Clode à Kyky, à présent, questionnant interrogeant les leurs comme si ils avaient la réponse.

Il ne lui ferait pas ça n'est ce pas?

Il était peut être souffrant ?

Il ne trouvait plus l'église dans la précipitation?

Il attendait dans une autre église peut être?

Il lui était arrivé malheur? Un accident? Un brigand?

Il avait été enlevé?

Mais non, il allait arriver ...

N'est ce pas qu'il allait arriver?

Un regard sur son bouquet dont une fleur ne supportait plus qu'elle la martyrise de ses doigts et qui tombait au sol flètrie.

Elchin était mort avant le mariage, Bahia ne l'avait pas emmené jusque là mais pas Sam, pas encore une fois ...

Elle les regardait puis dit tout haut


Ce n'est pas vrai n'est ce pas?

Clodeweck a écrit:Il n'en fallait pas beaucoup plus pour comprendre.
Ce que personne ici n'osait vouloir dire, devenait maintenant une évidence.

Le père Clodeweck fit alors une chose, impensable ,il descendit les quelques degrés qui menaient du chœur au transept.
Puis prenant la mariée dans ses bras, il la laissa poser sa tête sur son épaule, et lui murmura doucement.


Pleur, ça fait du bien.

Il laissa celle pour qui il avait une si profonde affection à son chagrin.

Je sais que c'est peu, mais tu n'es pas seule, nous sommes là.

Douchka a écrit:Elle ne comprenait plus, là dans les bras de Clode, elle était tétanisée, statufiée, incapable de rien.

Un cauchemar impossible à imaginer, un mauvais rêve, elle allait se réveiller.

Pincez moi, pincez moi fort, je veux me réveiller, criait elle au fond d'elle même sans qu'un son ne sorte de sa bouche.

Une larme, une seule a coulé, étouffant dans sa gorge les sanglots qu'elle n'offrirait à personne.

Mordant sa levre inférieure à sang, elle releva la tete, passant sa main sur la joue de Clode, oubliant les convenances, le lieu...
Seule, restait l'amitié vraie à présent, tenant bien fort de son autre main celle de kyky, elle murmura juste un
"Merci"

Puis elle regarda les amis fidèles derrière elle, avec un sourire qui se voulait de nouveau rassurant, elle dit "ça va aller, ça va aller n'est ce pas?"

La blessure était profonde et indélébile mais elle la garderait au fond de ses entrailles et pas en surface, pas en spectacle de mauvaise souche, plus jamais ...

Son visage se durcit, son regard brillait d'un éclat de rage contenu.

La vie se devait de continuer, pour eux tous ici réunis pour elle et il en sera ainsi.

Verhena a écrit:La jeune Montfort, vit son père descendre les marches et prendre sa marraine dans les bras.
Elle avait entendu un « ce n’est pas vrai n’est ce pas ? »

N’étant pas idiote, elle comprit vite ce qui se passait.

Était ce ça le mariage ? Des promesses ? Des attentent ? Des pleures ? Des préparations et au final pas de marié à l’église ?

Les larmes coulaient sans qu’elle puisse les retenir, étouffant les sanglots qui montaient, les larmes coulaient abondamment.

Figée sur son siège, ne pouvant parler, ne pouvant se lever, elle restait prostrée ne pouvant arrêter les larmes de lui glisser sur les joues.

Clodeweck a écrit:Mes frère, mes sœurs,

Nous étions venus, pour trouver de la joie.
Nous devons trouver de la force.
Car au delà des déception chacun sait ce qu'il perd et ce qu'il gagne. Certes, aujourd'hui la douleur de notre amie est violente, mais c'est de cette douleur qu'elle voit autour d'elle plus d'amitié et plus d'amour que nombre de gens ne verront jamais.
C'est parce qu'elle est là et que nous sommes là, qu'au lieu des rasades de chouchenn il faut envoyer des flots d'amitié, de solidarité, de compréhension et d'affection.
Ravalez vos larmes mes amis.
Soyons forts pour Douchka qui ne mérite pas que l'on pleur autour d'elle.
Je vous demande maintenant de vous mettre en procession et de sortir de l'église fièrement.
Dans cette église nous partageâmes souvent le pain.
Aujourd'hui nous partageons la douleur
Demain nous partagerons la vie, et l'amitié.
Ite deo gracias.


Le cardinal donna son bras à Douchka, afin de lui permettre de sortir la tête haute ce cette église. Il sourit à Anakin, et invita se dernier à, les suivre

Verty a écrit:La vicomtesse, en avait vu des vertes et des pas mures.
Elle était peinée de voir Douchka dans cet état, mais la vie se devait de continuer.

C’est avec difficulté, qu’elle se leva et qu’elle suivit le primat son ami de toujours vers la sortie.

C’est encore le silence qui convenait le mieux aux grandes peines.

Verhena a écrit:Ayant écouté les paroles de son père, la jeune fille, se leva par automatisme, certes, elle n’avait pas tout compris, elle n’avait même pas écouté tout à son chagrin.

Lorsqu’un homme passa devant elle, qui semblait être un ami de son père, elle prit place dans la procession à son coté et suivit le mouvement.

La bas au bout de la nef, de l’air frais, lui ferait le plus grand bien.
Une fois sur le parvis, elle irait embrasser sa marraine, avant de prendre le chemin du retour.

Douchka a écrit:Droite, accrochée à un autre bras amical, elle sortait de l'église, se laissant guider par cet autre ami de toujours, faisant le chemin inverse dans sa robe blanche.

Les yeux vers la lumière, au bout de l'allée dont les portes étaient à présent grandes ouvertes.

Le poids sur les épaules ne la ferait pas courber.

L'incompréhension était reine en ce moment.

Abasourdie était le mot.

Elle avançait en confiance accompagnée de ses amis vers la vie qui ne s'était pas arrêtée pour autant.

Elle n'oublierait pas ...

Elle n'oubliait jamais.

Quelles que soient les peines que nous rencontrons, les douleurs que la vie nous infligent, aucun autre choix que d'avancer encore et toujours.

Elle avançait donc au pas que lui dictait son Eminence, dans une dignité que même la douleur ne saurait lui faire quitter.

Imagine_de_BRASCO. a écrit:

Quand on part en retard , il ne faut pas s'attendre à être en avance, ni même à l'heure et pourtant elle, elle y croit . Elle a toujours le temps. Au départ elle prévoit on ne sait combien de choses à faire. Elle fait tout plein de calculs dans sa tête.

*Si je pars de tréguier ce soir, demain st brieuc, j'en profiterai pour voir Nionnus, si je ne le vois pas , j'irai faire les échoppes voir ce qu'il y a de nouveau.. Ensuite arrêt à Rohan, faut absolument que j'aille voir fyn, s'il sait que je suis passée sans lui dire un bonjour, ça va être ma fête.. le mieux ce serait que l'on ait le temps de manger ensemble en taverne..enfin ça on verra.. *

Elle se voyait arriver laaaaargement à temps pour aller aider Douchka à se préparer. Elle devait avoir en plus du temps pour des retouches de dernières minutes sur la robe.

Résultat, la carriole qui l'emmenait à fougères a cassé une roue à St brieuc. Le temps que la réparation se fasse , il a fallu qu'elle revoit son "planning" qui n'était déjà pas viable dès le départ. Le "timing" était déjà serré si elle était partie à l'heure prévue mais parle et discute en taverne, le cocher désespéré s'apprêtait à rentrer chez lui pensant que le voyage était annulé lorsqu'il l'a vu débouler toute affolée, avec deux bonnes heures de retard.

- Ah ! Je rentrais chez moi, Gin !

- Ouf tu es encore là .. j'ai eu peur de t' avoir raté, je n'ai vu le temps passer pourtant j'étais prête depuis un bon moment quand j'ai rencontré Dame Orvoen et j'ai eu le malheur de lui demander des nouvelles.. pauvre de moi .. elle m'en a donné évidemment. Sur elle et sur toute ta bretagne ! Nous pouvons y aller , on va finir par être en retard.

Il y a eu la roue qui s'est cassée. Ils ont attendu toute la journée à St brieuc que le cocher trouve une autre roue. Elle a pu faire les rues en long, en large et en travers sans voir son ami Nionnus. A Rohan, elle aurait bien rattrapé le retard en traçant tout droit mais elle s'est dit qu'elle gagnerait du temps en ne s'arrêtant pas dans la ville suivante. Il fallait à tout prix qu'elle voit son ami fyn.. qu'elle n'a pas vu d'ailleurs. Pas trouvé chez lui. Une autre aurait glissé un petit mot sous la porte. Il aurait vu qu'elle était passée et elle aurait pu partir rattrapant ainsi le temps perdu à st brieuc ou du moins une bonne partie. Ben non ! Enfin si, elle y a pensé mais trop tard. Persuadée de trouver fyn chez lui, elle a donné congé au cocher pour toute la matinée. Et allez donc le retrouver à Rohan. Elle a fait toutes les tavernes. Cet imbécile s'est pointé au lieu du rendez-vous à l'heure dite, pas une minute de moins, pas une de plus. Finalement la carriole reprend la route et elle revoit à la baisse sa liste de choses à faire, y renonçant une à une.

Bref elle arrive à Fougères en catastrophe, avec tout juste le temps de se laver à l'auberge où elle est descendue pour en ressortir deux heures après. Direction l'église. Les cloches ont sonné alors qu'elle se savonnait à peine les cheveux. Le trajet de l'auberge à l'église se fait donc en courant , robe en mains.

Elle s'arrête net devant l'entrée de l'église, les joues rouges, essoufflée , essayant de contrôler sa respiration, le tout avec un point de coté sous la côte. Et là elle entre comme si de rien n'était souriant à droite et à gauche. Un truc la surprend. Qu'est ce qu'ils ont tous à la regarder comme ça ? elle n'a pourtant mis qu'une simple robe, ses cheveux encore mouillés sont relevés en tresses nouées en arrière. Alors ça lui va bien, très bien même mais tout de même ... de là à ce que toute l'église la regarde. Elle comptait passée inaperçue, c'est raté. Du coup, gênée, elle s'assoit sans demander son reste à la première place libre qu'elle trouve sur son passage. Elle s'affaire à lisser sa robe pour se donner une contenance quand elle entend sa voisine de banc :

- pffff on a cru que c'était le marié !

Elle la regarde. Soulève un sourcil.

- Ah bon ! le marié n'est pas encore là ? je n'ai rien raté alors ?

Elle n'attend pas de réponse et se penche voir ce qu'il se passe vers l'autel quand le cardinal Clodeweck prend la parole. Elle l'écoute tout en regardant au loin Douchka, Anakin ..puis fronce ses sourcils aux dires du cardinal se demandant si elle comprenait bien *Hmm ? on ressort ? *



--Anakin. a écrit:Il avait répondu doucement à Clode, ne sachant jamais comment il devait le nommer... mon père, monseigneur, ton éminence... ah oui, ça devait être celui là
Demat ton éminence. dit il dans un murmure.

Mais Any ne mesurait pas encore la bêtise de cette question anodine qui demandait où était Sam, alors que le temps passait, passait et que le futur était toujours absent de l'église.
Il ne comprends pas tout de suite, le Any, trop absent, loin de son amie qui serre son bras de plus en plus à mesure que ce temps passe.

Il s'en veut tellement de ne pas avoir été là avant, perdu dans sa propre bêtise et sa fierté déplacée. Douchka est son amie, et il avait fauté, pour ne pas dire trahi cette amie.

Il changea de bras, passant le plus proche autour de la taille de sa chipie, alors que sa main tenait la sienne. La tension devenait insupportable à mesure que le temps passait encore et toujours et qu'il n'arrivait pas.
Il la regardait, souriant, se voulant rassurant... Elle le remercia dans un murmure et posa un baiser sur son front pour toute réponse.

Ils se tournèrent tous lorsque Imagine fit son entrée, aussi discrètement que la sienne avait pu l’être.

Il fut un peu surpris lorsqu'il vit Clode s'approcher d'eux et prendre Chipie dans ses bras. Il retourna à sa place après quelques instants. Anakin regarda son amie, alors que son étreinte se fit plus forte. Il ne voulait pas venir, fâchés qu'ils était tous les deux, puis avait changé d'avis parce que ce jour est important pour elle. Il la serre contre lui, comme il l'avait déjà fait des milliers de fois, parce que sa chipie, c'est sa chipie, et qu'elle sera toujours son amie, quoi qu'il arrive.

Clode prit alors la parole et ensemble, ils se dirigèrent vers la sortie.
Un grande tristesse pour son amie avait envahi le Maréchal. Il se voulait présent malgré tout, dans ce grand moment de joie et il s'était transformé en tristesse immense.

avatar
Douchka
Admin

Messages : 1327
Date d'inscription : 31/05/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://domaineduboutdumonde.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cérémonie à l'église saint sulpice de Fougères

Message  Douchka le Mer 31 Oct - 22:47

Douchka a écrit:Lourd était le moment ...

Pesant comme un manteau de plomb.

Lourd était l'air qu'elle respirait ...

Son cerveau, faisant passer mille images, posant mille questions en l'espace de peu de temps.


Honte, elle aurait dû avoir de s'être laissée poignarder dans le dos, encore une fois, honte elle n'avait pas car elle était ainsi.

Laorent, Dida et tellement d'autres amis en qui elle avait cru, en qui elle avait placé sa confiance et son amitié.

Pourquoi aurait-il dû en être autrement en Amour?

Ils arrivaient doucement au bout de l'allée, un chemin court qui révolutionnait pourtant son esprit.

Et maintenant?

Ils étaient là derrière elle, s'étaient déplacés pour elle, le coeur en joie pour elle.

Un frisson parcourait son échine.

Une fois sur le parvis, le vent léger et froid cingla son visage.

Froid, oui, elle avait froid mais de ce froid qui pique le coeur, de ce vide qui prend place au creux du ventre.

En place où l'on aurait dû jeter fleurs et riz sur un couple qui venait de s'unir, elle ne voyait que quelques badauds occupés à leur vie, loin de sa blessure.

Elle tenait toujours serré ce magnifique bouquet qu'elle avait déjà pensé à faire sècher au grenier pour le conserver dans sa naïve beauté mais le moment n'était plus le même.

Il fallait rentrer au domaine, partager avec ses amis, le menu qu'elle avait longuement étudié avec Samaël pour l'occasion, il fallait percer ces fûts joliment alignés.

Il fallait fêter ...

L'amitié.

Ses doigts se décrispèrent peu à peu et laissèrent tomber au sol les fleurs déjà fanées et qui reflétaient si bien l'état dans lequel elle se sentait.



domdom_ a écrit:



Il est peu de personnes , en ce bas monde , pour lesquelles l'encapuché aurait traversé les Royaumes.
Et Douchka en faisait partie.
Pour elle , le grand brun les aurait même traversés , moitié à cloche pieds , moitié en rampant.
Aussi, dès qu'il avait reçu l'invitation pour le mariage de son amie, n'hésita-t-il pas une seconde : juste le temps de préparer ses affaires et de partir sur le champ.

Mais pour l'occasion, il était accompagné de Lenada, sa brune vicomtesse aux yeux émeraude et c'est donc à cheval ,qu'ils avaient quitté Dijon (en Bourgogne , pour ces ignares de Bretons qui ne sortent jamais de leur bout de granit), pour enfin arriver à Fougères, deux semaines plus tard.

C'est un peu en retard qu'ils se dirigèrent vers l'église saint Sulpice, blottie sous les remparts du château.

Mais quelle ne fut pas leur stupeur et leur incompréhension de voir tout le monde ressortir de l'édifice : invités, témoins , curé et même la mariée , magnifique petite pierre précieuse sertie dans son écrin immaculé.

A voir la mine déconfite de certains et surtout celle de Douchka, Domdom comprit vite la situation.
Il s'arrêta à quelques coudées de l'assemblée, stoppant Lenada par la même occasion et soupira un grand coup, murmurant in petto , avec tristesse:


Décidément, ma pauvre Douchka, tu n'es pas faite pour le mariage...

Le conteur ne savait plus que faire et restait les bras ballants devant les marches de l'église, regardant le bouquet de fleurs gisant sur la dalle du parvis .
Il aurait voulu courir vers la jeune femme , l'enlacer affectueusement et tenter de la consoler par des mots de réconfort, mais il s'apercevait qu'elle était déjà bien entourée et n'osait pas jouer les importuns en un tel moment.




Imagine_de_BRASCO. a écrit:

L'heure n'était plus aux sourires mais à la stupéfaction. Des murmures envahirent l'église , s'arrêtant au passage du cortège. Elle n'en revenait toujours pas. Cela allait bien trop vite pour elle. Elle se demande pourquoi on n'attends pas plus le fiancé. Elle est bien placée pour compatir avec les retardataires. Elle aussi aurait été bien capable d'être en retard à son propre mariage, non pas que cet évènement soit pris à la légère mais à vouloir être la plus parfaite possible, à tout vouloir contrôler ...

Elle, ne peut que penser à un retard ou un imprévu de force majeur de la part du marié. Elle ne le connait que pour lui avoir confectionné son costume de mariage. Il s'est prêté avec tant de joies aux essayages, il était aux anges lorsque le costume fut terminé qu'il a tenu à s'acquitter sur le champ de la facture. Elle connait le prix du costume, on n'investit pas une telle somme à la légère. Puis tout cela n'a pas de sens pour elle. Se marier est un acte grave et important dans une vie. Un acte murement réfléchi.. enfin il devrait. Comment cette situation peut-elle être possible ? Non, il y a forcément une raison. On ne peut infliger cela à quelqu'un que l'on aime vraiment. Ca ne tient pas la route.

Elle regarde le cortège passer devant elle en silence.. Douchka se montre digne et courageuse. Elle la connait trés peu personnellement et bien plus par les "on dit". Comme tout le monde elle en a entendu parler .. et pas toujours en bien. Et si elle n'est pas en mesure de juger ses actes jusqu'ici, elle doit lui reconnaitre aujourd'hui cette force que très peu de femmes et hommes ont. Celle qui fait que l'on se tient debout sous les coups. Cette force qui vous fait encaisser et encaisser jusqu'à ne plus savoir pourquoi vous recevez ces coups. Vous ne savez plus qu'une chose, vous tenir debout. Vous ne savez pas comment cela est encore possible, mais vous vous tenez dressé. Imagine était à deux doigts de s'approcher lui dire qu'il allait venir mais elle se retint in extrémis et se ravise. Elle s'incline à son passage et entre dans le cortège les suivre.



Lanaelle a écrit:Tout d'abord, Lanaelle n'était pas certaine d'avoir bien compris puis
petit à petit la vérité lui apparut. Elle regarda ver Xhena et Papin,
puis vers Douchka, son parrain et son éminence.


Mais quel genre d'homme, si on peut appeler ca un homme, peut
faire une chose pareille à la femme qu'il aime.
C'est dégoutant ,
pensa la jeune femme en retenant ses larmes
devant la douleur de son amie.


Elle écouta les paroles de son Eminence, puis se leva,leva la tête
et regarda Douchka dans les yeux, essayant de lui faire passer
dans son regard toute son admiration pour sa force , toute son amitiée,
essayant de lui dire : je suis là, si tu as besoin, tu peux compter sur
moi....

Lorsque la jeune femme accompagnée par Anakin et son Eminence
passe devant elle, Lanaelle suit le cortège

Papincourt a écrit:Papin avait été surpris le jour ou son amie Douchka lui annonça ce mariage, après l'avoir bénit il ne pouvais s’empêcher de penser que tout ceci était prématuré, et les récent événement dont il a eu à faire face on appuyé sa thèse, il essaya bien de l'expliquer simple à son amie, qu'elle devait sans doute prendre un peu de recule, mais elle n'écouta rien ..... Papin déçut.... mais il ne pouvais pas changer son sixième sens.... au grès des amitiés. Cependant il n'était pas surpris de voir ce qui se passe maintenant. Il regretta quand même le manque de franchise publique du promis à Douchka.... c'est juste pas correcte de faire venir toute la Bretagne pour humilié sa promise ainsi.

Bref.... Douchka tenait Papin pour en parti responsable du à sa franchise envers eux deux..... Leur derniers échanges prouvaient bien les tensions, comment la réconforter maintenant, il serait là pour le pire.... si des sentiments trop noir l'envahiraient.... mais il serait aussi garder des distances, inutile que sa présence lui rappelle que mon sixième sens avait eu raison, ce qui ne manquerais pas de la blesser davantage.

Il avait vu Lanaëlle les rejoindre il en était fier de l'avoir pour voisine et bonne connaissance. Il vit aussi de vieux amis, notamment la célèbre couturière Bretonne de Tréguier, Imagine de Brasco, qui fait des merveilles de ses doigt , même au concourt royal.

Il proposait donc son bras à sa Douce Xhena et l'autre à Lanaëlle qui semblait être venu seule.... quand ils arrivaient à la hauteur de Douchka.... il baissa les yeux, presque honteux d'avoir eu raison.... La pauvre... Il l'aimait beaucoup, mais elle était aussi très têtu. Mais Papin ne voulais pas la blesser d'avantage.

Il suivra donc la sorti du cortège aux pas de Xhena et Lanaëlle.










.

Xhena a écrit:Xhena regarda son amie Lannaelle en soupirant bien sur elle avait raison qu'elle genre d'homme pouvait faire ça et pourquoi....

Se tournant vers son Ange le regarda dans les yeux sachant qu'il avait tout fait pour faire comprendre à son amie Doucka de reculer la date n'écoutant que son cœur celle ci lui avait tourné le dos,une amitié se transformant doucement en éloignement mais Xhena connaissait bien celui avec qui elle partage tout les jours les joies et les peines il restera éloigné mais aura toujours un regard sur son amie cela la rassurée aussi

Samael n'avait pas u le courage de lui dire non,pourquoi,l'humiliée de la sorte
Douchka était blessée,meurtrie quelle gâchis,elle soupira et mit son bras sur celui de Papin et le suivit avec son amie Lannaelle vers la sortie

Douchka a écrit:Le temps s'égraine, le temps s'arrête pourtant pour elle et tout valse malgré tout devant ses yeux.

Elle se retourne pour faire face à ses amis, les regarder, leur sourire, toucher la vie à travers leurs mains.

Un sourire à Lanaëlle, une caresse à l'enfant, un regard à xhéna pour lui faire comprendre que ça va aller, une main sur l'épaule de Papin qui exprime, nul besoin de parler, à présent, un sourire à imagine qui a réussi à être là, pour elle et grace à elle elle avait rêvé de porter cette robe qu'elle voyait coudre jour après jour, une acollade très forte à sa filleule pour la rassurer, un clin d'oeil triste à Indri qui avait fait preuve d'une rare élégance pour l'occasion puis elle pressa le bras de clode assez fort pour qu'il sente à quel point elle le remerciait, un sourire tendre à verty dont les yeux brillaient de tristesse et un baiser long sur la joue d' Anakin qui avait décidemment bien choisi le moment pour être là.

Elle se tourna alors sentant le regard de deux cavaliers sur elle puis s'approcha.

Cette silhouette ...
Dom .
Elle le regarda tendrement et lui tendit une main pour la presser dans la sienne.


Merci d'être venu de si loin Dom. Merci infiniment

Elle tourna de nouveau la tête, une jeune enfant la regardait en lui tendant un pli.

Elle déplia la missive et lut les quelques mots posés dans une écriture dont les traits refletaient la nervosité de l'auteur.

Elle referma le pli, le plia, le replia et le replia encore pour qu'il tienne dans sa paume puis serra le poing si fort que les veines gonflèrent instantanément sous la peau blanche.

D'une voix forte pour que tout le monde entende, elle dit finalement


Si vous voulez me suivre au domaine, nous n'attendons plus personne ...

Elle passa ses mains de chaque coté de son visage, attrappa la couronne de fleurs délicatement et la fit glisser pour la dégager de ses cheveux, puis la posa sur la tête de l'enfant.

Tu es très belle...

Ses rêves d'enfant étaient bien terminés, serrant un peu plus les machoires, elle alla de nouveau vers eux comme pour les entrainer à la suivre, comme pour les rassurer encore plus, comme pour les protéger de la peine.

Ce mariage ressemblait à un enterrement et c'était presqu'elle qui présentait des condoléances à ses amis attristés.

Une page se tournait, un enterrement oui, celui des contes de fées auquel elle ne croyait défnitivement plus.
avatar
Douchka
Admin

Messages : 1327
Date d'inscription : 31/05/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://domaineduboutdumonde.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cérémonie à l'église saint sulpice de Fougères

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum